comme dit plus HAUT

c'est la règle

pour un pas de danse,
un pas de chance.

Soporman / épisode numéro [] 777

Résumé de l'épisode précédent:
Baissez les yeux, vous verrez "il (en) chiait à cet instant précis.", 


Episode []777

Il y a dans les histoires des objets qui n’appartiennent qu’aux mots. Soporman reste quelques heures encore les yeux écarquillés dans cette vapeur insaisissable, puis décide de les fermer et de la fermer et de se fermer, car trop de chair dans sa main peut nuire à la balance si fragile. Il reste un instant comme ça, il reste un instant sur la frontière. Mais comme c’est la nuit, forcément, il ne s’endort pas. Alors le corps dense revient le hanter. Alors le corps danse revient le hanter. Il va falloir attendre le jour, il va falloir attendre demain.

siyouplé

Faites-moi revivre une vie où je chante

commdab


épisode quelque chose 546

Résumé de l'épisode précédent:

Soporman, dans une explosion insomniaque paroxystique, entend la Voix vers 14h55, ce n'est pas un hasard. 

épisode quelque chose 546 

Le livreur de nouilles au glutamate propose à soporman un petit extra de skunk fatal impact agressive passsssivite pour faire de beaux [..], et pourquoi pas quelque chose comme une peau de panthère tout droit sortie d’un poster épinglé sous le néon à la lumière noire chauffée, retrempée, et salée pour quelques billets de l’heure. La Voix se fait attendre, alors que soporman tente de la convoquer jusqu’au bout de la nuit comme un voyage mais en moins essentiel, plutôt un trip dirons-nous, c’est déjà ça déjà ça déjà ça, mais ici pas d’histoire des profondeurs, juste la surface, l’épiderme, les errances nocturnes cathartiques et un sacré grain.
Le lendemain, il reste un peu de fumée dans les yeux, et au plus inattendu des instants, les fesses tendues par l’ellipse en plastique, la Voix pousse un cri sans retenue dans le fond tréfonds fondu du cerveau émietté de soporman.
Mais hélas ça fait bien trop mal pour comprendre le sens , et en plus il (en) chiait à cet instant précis.
Soporman restera-t-il piégé par la nauséabonde odeur de son égo ou pourra-t-il capter un jour le sens de ce message à haut volume interne?




La suite ou jamais au prochain épisode

Chantons sous l'acide

J'ai peu de souvenirs
Toi je sais pas
Si t'avais vu venir
Tout ce fracas
J'ai du m'endormir
Pour une fois

C'est pas la peine tu vois
D'en faire un plat
On va crever c'est sûr
Faits comme des rats

Oui

Mais ceux qui vivront encore
Après tout ça
Se nourriront de nos corps

Puis

Le soir l'espoir de voir
Avec un œil dans la bouche
Le soleil qui se couche
Le ciel presque noir
Le monde sous les mouches

C'est qu'on vas pourrir
Prends ça comme ça
C'est mieux que finir
Mais tu me diras

C'est pas la peine tu vois
D'en faire un plat
On va crever c'est sûr
Faits comme des rats









403 Forbidden

je regardais dehors
tu dansais dedans

je garderai remords
dans ce dedans



V Pour Vendetta - Discours / et la vérité, c'est que

maux de passe

    APkpgMVGGGKQXWs0U-y98Ei7f8W0xBVAnYcdzdaJ5yxFnPmeDolh7hYn

    hXNcKVb7KkFWQnlmeXn7GfSQvPS50M_bDAHjEWo6m_Zl_L2q-6Op0bO0
    Kt9_ewFLnh4Cse1v-I5TShHDn-UV7gcdVZSPCBwuHp2cjcvMUPMDWDx7
    RErCQqzaIQ8katW-1CEzf1awDpniJDdIQg1BBm1KIcwHV9GtyO12zK-8

    By69BhyL0r3gJvhrXnUL9RqD45IjTegOjrdHZiTr_Vg1QeXKpBtdWLc9
    Q4lqoHJKCplibsewzgu8f2itonwaQCFsbjI4XUrR0vgMbMlC0Ny2uDGn
    E7VrI7bGsWUpdgInaWYTNnV8UwFrU3EFAmWK8wLmCPHTfp57wA6846_1

    lG3XWMDIY9M3dftIo4KflTfiz-_HTM-OvXLt0bHo3FElS4mXmwdTVLhL
    R9jNdQZ69E0BNI29JoOd8H9k7KElaRi-jLvse7kKbrWyfcwVBVXjI-Zx
    16v3Kxm1GMPW6tjJNtvkWg6sAb1qfztd1YWNe59SkaB8MK517U9JQkit

    NaVvAHTPENC9JTGNdG7QUjDUfbiQ6Y7lwebbKPIFZh39WhsuaGULq3AJ
    X6YNLrWWrY63lMFS3As1pCnGp0fYsiVCY76UbCC5e-Q0NKrJW38olYil
   
    0rIzBNqP4e--dSvCCkAmvfgTIDJ3NDmS9sZF2eNxYrsA9Xfl4WPzlrE9
    yC7up-6vI7wc-X4Pta-gzojwYL2De8bw1AB3ATct7XviNoEOHq7G_RxT
    CIWZtKXhpDlHFt_5ozCWqL3a6iW2GI4aM0K6wCLwAHEVaICFzcymZugt
    gvrNBDAj_IyacsQytrjIac3hXXoB26d73qaD90TOIbA_OCHB7otkMFij
    LpfcCdeUhr50E6UIhkrxKEFYtZB60b74WDR_JdkPwtCh35jqc07Z2n33
    Nq7Bo8dw8KmEDPaNY5dfMBcgQB4yuaMeU4H7_tuvQaThx3vQyLsLEZbX
   

    xYvAKFQb8HmmsCR5YzhR9wfMhCa9wm7nibNWcetojhPHRWqhLfIHcHMp
   

    Ql-UwuNj6tOr2QzAaaarhlQ6G2r59zjITxd6v46RuRVA4VAGafc6H001

impro

trio O3 & un vrai semblant IMPRO1concert2018 from un vrai semblant on Vimeo.

Concert - Impros electro-acoustiques - Dans le cadre du parcours d'artistes à Etterbeek
Le samedi 20 octobre 2018, à l'espace Bernard Marbaix.

Lydie Thonnard, flûtes
Eugénie Defraigne, violoncelle
Léna Kollmeier, piano
Nicolas Marchant, électronique